Publié le

La lettre : à table (?) !

Jan H. STEEN. La Joyeuse Famille. 1668

Je suis encore jeune caviste. 6 ans de métier, tout juste. Pourtant, certaines évolutions du métier, pour ne pas dire de la société dans son ensemble, se font déjà sentir sur une période aussi courte.

L’une des principales, qui n’a de cesse de m’interroger est le progressif effacement des repas à table festifs au profit des apéritifs dînatoires. La chose est de plus en plus nette. A la question “est ce qu’il y a un accord particulier ?”, la réponse devient presque deux fois sur trois “oh, c’est pour boire en grignotant” ! Je n’ai pas de statistique solide, les scientifiques m’en excuseront (si un ou une sociologue veut mener l’étude, la Cave lui est grande ouverte !). Mais le ressenti est là.

Je dois moi même admettre que je participe à cette tendance : les soirées amicales sont souvent plus l’occasion de houmous, de quiches, de cakes, de tartinades diverses et variées plutôt que du traditionnel “apéro-entrée-plat-fromage-dessert”. L’apéro a vampirisé le repas ! Cette tendance se remarque évidemment de manière particulièrement forte chez les plus jeunes (moins de 40 ans), mais force est de reconnaître que chez nombre de personnes plus mûres, elle s’installe doucement.

Finalement, les rares fois où un repas nous est donné comme base, il s’agit souvent, en été d’un barbecue, en hiver d’une raclette ou, pour les fêtes, d’une volaille aux marrons… La variété ne s’impose pas franchement. Et, fatalement, les accords ne peuvent guère être plus variés…

Difficile dès lors pour un caviste de ne pas trouver une telle évolution comme quelque peu dommage. Dommage d’un point de vue purement patrimonial, tout d’abord. L’entrée-plat-dessert, c’est une culture du temps pris pour manger, de la nourriture placée au centre de la convivialité. C’est un trait culturel fort sinon français, tout au moins méditerranéen. J’affirme souvent qu’en tant que Breton, je me sens culturellement plus proche d’un Ecossais ou d’un Irlandais que qu’un Marseillais. Exception faite de ce qui touche à la nourriture, auquel cas je me sens nettement plus proche d’un Grec, d’un Italien ou d’un Marocain que de personnes venant du Nord de l’Europe. Pas tant par ce qu’on mange que par la manière de concevoir le repas comme moment central de la journée et vecteur essentiel de sociabilité.

Dommage d’un point de vue découverte culinaire. Un cake, un houmous, des gougères, toutes ces mignardises apéritives peuvent certes être variées. Mais elles limitent tout de même drastiquement le champ des possibles ! Quelle tristesse de passer à côté de tous ces plats qui demandent du temps et de l’attention, aussi bien en cuisine qu’à table ! Le goût, c’est aussi prendre le temps d’apprécier, d’échanger, de partager !

Enfin, et surtout pour un caviste, quelle tristesse en terme d’accords ! Bien des vins, notamment les plus travaillés, ne révèlent tout leur potentiel qu’à table. Pas seulement parce que le vin nécessite un accord. Surtout parce que lorsqu’on prête attention à ce que l’on mange, on prête égale attention à ce que l’on boit ! J’ai toujours peine à vendre de très belles bouteilles qui seront bues en apéritif dînatoire, avec un accord pas forcément idéal, et dans un cadre où on ne prêterait pas grande attention au vin, à tel point qu’une jolie bouteille, bonne, mais bien plus simple (et moins onéreuse !) aurai tout autant fait plaisir !

Car ce changement de modèle est aussi celui d’un rapport au repas et à la nourriture : celle-ci devient secondaire, n’est plus l’objet des discussions, laisse la place à une autre convivialité. Peut-être les liens interpersonnels se renforcent-ils ainsi. La convivialité et l’échange sans prise de tête prennent toute leur place, dégagés qu’ils sont des codes rigides du repas bourgeois. Chaque évolution sociétale a ses logiques et ses avantages, heureusement ! Un apéro dînatoire, c’est participatif, c’est horizontal, c’est inclusif des différents régimes, c’est du temps dégagé pour faire autre chose que les tâches ménagères que sont la cuisine et dresser la table et qui restaient trop souvent l’apanage de quelques unes… En quelque sorte, c’est aussi une libération !

Mais quand on est attaché au produit, au repas, à la gastronomie, difficile de ne pas y voir malgré tout une certaine perte… 

Publié le

La lettre : appellations en crise ?

Le début de l’été a été l’occasion pour moi d’aller rendre visite à quelques vigneronnes et vignerons du Val de Loire avec lesquels nous travaillons. Prendre le pouls de la région, déguster les nouveaux millésimes, voir les terroirs et rencontrer quelques têtes avec lesquelles seuls des échanges commerciaux avaient été faits ! Pas vraiment de nouveautés dans l’escarcelle donc, mais plutôt des liens renforcés et quelques nouvelles du vignoble. Et, dans l’ensemble, celles-ci ne poussent pas à un optimisme béat…

J’ai ainsi été chez Thomas et Charlotte Carsin (Terre de l’Elu, Anjou), Pauline Mourrain et Laurent Troubat (l’Austral, Saumur Puy-Notre-Dame), Mélanie Cunin et Aymeric Hillaire (Mélaric, Saumur Puy-Notre-Dame), Coralie et Damien Delecheneau (La Grange Tiphaine, Montlouis-sur-Loire), Valentin et Henri Bruneau (Domaine des Frères, Chinon), Vincent Gaudry (Sancerre) et Guillaume Sorbe (Les Poëte, Reuilly et Quincy).

Tout d’abord, la situation climatique, avec le gel du mois de mars et la météo pour le moins pluvieuse depuis début mai qui encourage fortement le développement des maladies. La situation est là extrêmement disparate et si certains comme La Grange Tiphaine sont très touchés par le gel, d’autres comme le Domaine des Frères sont quasi épargnés. Tous les vignerons partagent en tout cas ce constat qu’il est de plus en plus difficile de prévoir la météo d’une année et que ce genre d’accidents climatiques est amené à se répéter. Dès lors, il va sans doute falloir songer sérieusement à modifier en profondeur certaines pratiques culturales : mode de taille, cépages utilisés, manière de travailler le sol, présence d’un rognage ou non, agroforesterie… La manière dont la région s’est développée depuis les années 1950 ne semble plus adaptée à nombre de vignerons qui veulent obtenir des vins d’une très haute qualité.

Dès lors, un problème majeur va se poser. Celui des appellations. De fait, le problème est déjà aujourd’hui extrêmement présent et constitue l’un des enjeux majeurs du monde viticole actuel. Petit rappel historique : les Appellations d’Origine Contrôlée (aujourd’hui devenues AOP sous l’harmonisation européenne) ont été créées en 1936 avec un double objectif : protéger le consommateur et garantir les “usages loyaux et constants”. Formidable succès. Superbe outil contre la fraude et, pendant longtemps, moyen solide de promouvoir les terroirs, sinon la qualité.

Pourtant, aujourd’hui, nombre de Domaines parmi les plus qualitatifs s’éloignent de ces AOP pour vendre leur production en IGP (appellation régionale moins restrictive) voire, le plus souvent, en simple Vin de France. Parmi les Domaines pré-cités, c’est le cas de Terre de l’Elu et des Poëte. Et aucun des deux ne souhaite faire demi-tour, à aucun prix, malgré leur fort attachement à la notion de terroir, d’origine du vin et de loyauté avec des usages ancestraux. Et cela est sans compter sur les vignerons comme Vincent Gaudry qui, chaque année, bataille pour faire reconnaître ses cuvées en appellation Sancerre, alors même qu’elle constituent l’un des sommets qualitatifs de l’appellation…

Peut être une image de plein air
Clos de l’Elu ou Terre de l’Elu ? La perte de l’appellation a forcé Charlotte et Thomas Carsin à changer le nom du Domaine, le mot “Clos” étant réservé aux vins en AOP…

En cause ? La buraucratisation et la marketisation (ouh, le vilain mot !) des appellations. Oui, les appellations sont devenues des marques. Au même titre qu’un Charles Volner, qu’un Tropicana ou qu’un Nutella, bien des appellations sont conçues par ceux qui les gèrent comme une marque devant garantir un goût constant, standardisé, lisible pour le consommateur qui doit pouvoir choisir sa bouteille dans le rayon en étant assuré de ce qu’il va retrouver dans le verre.

Quitte à laisser sur le bas-côté celles et ceux qui travaillent le terroir et ses mille nuances, qui font évoluer les pratiques, qui s’éloignent du sacro-saint goût variétal du cépage pour insuffler un peu d’âme dans leur vin. Bref, les vrais artisans que nous aimons et que nous référençons à la Cave !

Le problème est devenu si criant aujourd’hui que c’est partout en France que nombre de vignerons parmi les plus brillants de leur région ne demandent plus l’appellation : Richard Leroy, François Chidaine, Dominique Hauvette… Et l’on pourrait continuer ainsi longtemps ! Nos clients sont habitués : à la Cave c’est pas loin de 30% de nos références que nous avons ainsi en Vin de France… Chez un caviste où le conseil prime et où la confiance du client envers le producteur et le vendeur règnent, ce n’est pas vraiment un problème. Mais ailleurs ? Quid de la lisibilité ? Comment mettre en avant un terroir, une typicité ? Le vin français est déjà critiqué pour être difficile d’accès aux non-connaisseurs, la faute aux 350 appellations. Mais quand tout est mis dans le même panier, en simple Vin de France ?

Sans compter que, si perdre une appellation comme Reuilly dans le cas de Guillaume Sorbe n’est pas franchement pénalisant commercialement, lui qui vendait déjà des vins bien plus chers que les standards de l’appellation, il en va tout autrement pour les appellations plus prestigieuses comme Sancerre. Vincent Gaudry était pour le moins embêté lorsque je suis passé chez lui, suite à quelques mots qu’il avait eu avec les contrôleurs de l’appellation le matin même car il ne respecterait pas la manière de rogner imposée par l’administration… Perdre Sancerre, c’est perdre des marchés, notamment à l’export. Mais c’est surtout perdre ce qui a été légué par les anciens, la reconnaissance de la spécificité d’un terroir pour laquelle ils se sont battus. Et, pour un Vincent Gaudry pétri de tradition viticole et de savoir-faire issu de ses aïeux, la chose est terrible.

Alors que faire ? Se battre, quitte à aller au tribunal et à médiatiser la chose, à la manière d’un Alexandre Bain à Pouilly-Fumé il y a quelques années ? C’est à peine donner un coup de pied dans la fourmilière et cela demande beaucoup de temps, d’argent et d’énergie pour un résultat somme toute limité. Une cuvée de nouveau en appellation mais aucun changement sur le fond ? La belle affaire !

Créer de nouvelles appellations, plus petites et dynamiques à la manière de ce qui se fait au Puy-Notre-Dame sous le patronage du Domaine Mélaric, entre autres ? L’idée est séduisante : aujourd’hui, Saumur Puy-Notre-Dame, c’est une dizaine de vignerons, tous bourrés de talent et d’idées. Et c’est surtout l’une des très rares appellations de France où l’on peut acheter une bouteille à “l’aveugle” en étant à peu près assuré d’avoir un bon vin. Je n’en connais guère que deux autres dans ce cas : Patrimonio et Terrasses du Larzac. Sur 350 appellations, avouez que c’est peu ! Mais, aujourd’hui, qui connaît Puy-Notre-Dame ? Quelle force de frappe marketing a-t-elle ? Sans compter qu’aussi bonne y soit l’ambiance et aussi soudés y soient les vignerons, un porte-flambeau comme Fosse-Sèche passe en Vin de France… Et les absurdités comme les amendes pour ne pas avoir mis de petits panneaux indiquant que la parcelle est en appellation “Puy-Notre-Dame” ont cours… Réglementation, quand tu nous tiens !

Reste enfin une dernière solution, évoquée par certains. Créer des syndicats de défense des vignerons artisanaux afin de lutter contre la main-mise du grand négoce et des coopératives industrielles sur certaines appellations. Se grouper, se fédérer pour mieux réagir et se défendre. Et, peut-être, un jour, réussir à modifier le système de l’intérieur, qui sait ? Là encore, ce sont beaucoup d’efforts. Et surtout un travail d’union difficile, quand on sait le tempérament farouchement indépendant de bien des vigneronnes et vignerons talentueux…

Décidément, nous ne sommes pas sorti du sac d’épines que sont les appellations ! Et si le système semble aujourd’hui prêt à imploser du point de vue des amateurs pointus, il ne faut pas oublier les intérêts financiers, patrimoniaux, touristiques et marketing immense qui restent à l’oeuvre…

Publié le

Changer de Rôle

Lorsque Patrick, la semaine dernière, me fait lire son texte de sortie de scène, deux choses me touchent particulièrement : son goût pour la mise en scène et son attachement à la transmission. Étant moi-même comédien d’improvisation théâtrale – j’ai eu le plaisir d’avoir certaines et certains d’entre vous comme spectateurs au spectacle « ImproVIN’zons » sur le vin – il va de soit que la métaphore filée du réalisateur/metteur en scène m’a beaucoup parlé.

Le théâtre porte en lui des valeurs qui me semblent particulièrement importantes en ce jour où je me vois prendre la responsabilité de mettre en scène l’Acte II de la Cave de Bacchus.

L’Acte I a fait le plus difficile : poser les fondations, construire, esquisser les développements, et même bien plus que cela en fait ! L’Acte II, à côté, semble simple. Et, de fait, en partant sur des bases aussi solides, continuer l’histoire sera une partie de plaisir. Mais j’aime à penser qu’il reste des enjeux à développer, des histoires à raconter, de nouvelles saveurs à partager. Après tout, nous n’en sommes encore qu’au début de l’histoire !

Prendre en compte et proposer

Il existe une notion fondamentale en théâtre d’impro qui me semble pouvoir être appliquée à bien des champs de la vie : prendre en compte ce qui nous arrive et réagir en proposant une réponse. Ne pas faire comme si le monde autour de nous n’existait pas et que nous étions dans un microcosme auto-centré et indépendant. S’adapter, toujours, et aller au-delà : proposer, construire, innover.

C’est ce qu’a toujours fait Patrick, et ce jusqu’aux derniers jours de sa présence à la Cave ! Il n’y a pas une semaine, nous étions encore en train de discuter de futurs projets dans lesquels il se projetait volontiers alors même qu’il savait qu’il allait tirer très bientôt sa révérence !

Mise en place d’un salon de caviste réunissant producteurs et buveurs – créant quelques émules en France ! Création d’un site internet dès la fin des années 1990, alors que la technologie était encore balbutiante. Cours de dégustation originaux. Création de la Cavépargne. Adaptation à de nouvelles situations, la dernière étant le Covid auquel il a bien fallu répondre par de l’innovation… Patrick n’a jamais considéré avec fatalisme une situation. Au contraire, il a toujours vu ces moments comme une occasion de s’adapter, d’innover, de proposer quelque chose de nouveau.

Il va de soit que cette qualité doit être reprise. Les nouveaux enjeux sont nombreux, à commencer par l’importance grandissante que prend chaque jour l’interface numérique. Il va falloir à la Cave de Bacchus l’imagination, l’audace et la réactivité pour s’y adapter. Sans pour autant y perdre notre identité et que nous sommes un commerce de proximité résolument orienté vers le lien, le partage et l’humain.

Lâcher Prise

Ce n’est donc pas à une simple copie de l’Acte I auquel aspire ce nouveau moment de l’histoire de la Cave, mais bien à une continuité, avec ses nouveautés, ses originalités, ses tentatives que j’espère fructueuses !

Bien sûr, au menu, les grandes lignes seront suivies et respectées ! La gamme telle qu’elle est me plaît et me correspond, il n’y aura donc pas de bouleversement de ce côté là (j’entends d’ici nos fournisseurs pousser un « ouf » de soulagement !). Des nouveautés, bien sûr, mais comme il y en a toujours eu depuis 26 ans !

De même, le grand moment de l’année qu’est le salon est bien entendu maintenu ! C’est une grande fête, un moment de rencontre et de partage, où tout notre travail de caviste prend son sens. Je serais extrêmement attristé à l’idée d’abandonner cela ! Je peux donc d’ores et déjà vous dire rendez-vous les 6 et 7 novembre 2021 à la Ferme Quentel, si Covid le veut. Nous en profiterons pour marquer la transmission comme il se doit !

Mais les idées germent également et continuité ne veut pas dire immobilisme accroché au passé ! Lâchons prise en restant cohérents avec ce qui a été fait !

Tout n’est pas encore en place, mais il y aura dans la première partie de 2022 de gros travaux à la Cave afin de donner un coup de frais ! Renforcer la boutique comme lieu d’échange, de rencontre et de convivialité me tient particulièrement à cœur. Nous vous tiendrons au courant de l’avancée des choses.

Et il y a toutes ces idées, toutes ces animations, tous ces partenariats que la période guère propice à la bamboche ne favorisent pas franchement. Mais elles sont là, dans un coin, en train de mûrir tranquillement, afin de pouvoir être dégustées quand ce sera possible !

En tout cas, chaque changement, chaque nouveauté n’a qu’un seul but : renforcer le lien avec ceux qui sont au cœur de nos pensées quotidiennes en tant que cavistes. Les clients.

Bienveillance

Car le centre de notre métier de caviste est avant tout le contact avec vous, la clientèle. Le conseil, toujours, que ce soit pour une bouteille à 4€ ou un grand-cru bourguignon. Accorder à chacune et chacun le temps et l’écoute nécessaire, sans préjugé. En étant absolument bienveillant et mû seulement par la volonté d’accompagner et de faire plaisir. Ne pas imposer ses goûts.

Accueillir avec bienveillance chacune des personne qui entre dans la Cave, respecter ses goûts, son individualité, ses spécificités, son humeur de l’instant même !

Patrick a toujours insisté sur un point fondamental : il faut aimer ses clients. On ne fait pas le métier de caviste juste par passion du vin. Ni même par seule volonté de partager sa passion.

Il faut aimer chacune des personnes qui fait l’honneur de passer la porte de la boutique. Les discussions portent sur le vin, la gastronomie, mais peuvent également aller au-delà de ce petit lien. Après tout, le vin n’est-il pas partage ? La pluie et le beau temps, certes. Mais parfois au-delà, des liens se tissent et de belles rencontres se font, qui se poursuivent autour d’une bouteille.

Un vin est tellement meilleur partagé !

Écoute

Et si c’était là le cœur de la réussite ? L’écoute. L’écoute de ce qui a été fait auparavant, afin de respecter la trame narrative et ne pas bouleverser le cours de l’histoire. L’écoute des clients, au quotidien, afin de les conseiller au plus près de leurs attentes. L’écoute du vin, de la bière, des spiritueux, de l’épicerie, bref, de nos produits et de leurs producteurs afin de sélectionner avec précision et attention ce qui pourra bientôt vous régaler.

Cette écoute n’est pas qu’auditive, elle est éminemment pluri-sensorielle, devant parfois laisser de côté l’intellect. Car oui, choisir un vin, si cela est rationnel, doit correspondre à un besoin dans la gamme, à un goût précis, avoir un rapport qualité/prix satisfaisant, etc, etc, c’est avant tout une affaire de plaisir ! De celui qui se ressent si l’on sait écouter son corps, si l’on sait écouter le vin et ce qu’il a raconter, ses énergies, les émotions qu’il inspire, le lieu qu’il transpire, la météo qu’il illustre…

Je suis chaque jour surpris de m’être laissé aller dans cette voie. Je suis un cérébral pur. Quelqu’un qui intellectualise tout et n’importe quoi. Et pourtant, ma passion, mon quotidien, ce qui me porte, est profondément sensitif. Donc oui, écouter encore et toujours est peut-être la clef du succès !

Transmission

Nous y arrivons, enfin. Le moment fatidique, celui du passage de témoin, de la transmission. Tu as raison Patrick d’aimer ce mot de transmission. Car si aujourd’hui la transmission est matérielle, elle l’a été, l’est et sera bien plus que cela.

Dans une vie d’avant le vin, j’ai été professeur d’histoire-géographie. Par vocation, bien sûr. Par l’envie de transmettre, par le goût d’apprendre, par cette volonté que le passé ne reste pas lettre morte et continue de vivre, relu et réinterprété par le présent.

En devenant caviste, c’est cette notion de transmission qui est redevenue centrale. Car, au fond, qu’est ce qu’un Grand vin si ce n’est la transmission liquide et émotionnelle d’un terroir, de la météo d’un millésime et du savoir faire d’une vigneronne ou d’un vigneron ?

Et qu’est ce que le métier de caviste si ce n’est celui de passeur, d’intermédiaire entre le vigneron et le buveur ? A chaque bouteille choisie, à chaque bouteille conseillée, j’espère transmettre une manière de travailler, un lieu, une gueule, une émotion, un ressenti, bref, aller au-delà du simple vin-aliment.

Et de la transmission à l’apprentissage, il n’y a qu’un pas. À ce niveau, je ne peux que remercier Patrick qui m’a, justement, tant appris. Je suis arrivé à la Cave de Bacchus, de retour sur mes terres finistériennes, il y a bientôt cinq ans. Tout jeune caviste auréolé d’une année de formation, jeune chien fou (j’espère n’avoir pas trop perdu cet aspect !) un peu idéaliste, parfois naïf, souvent maladroit.

Si aujourd’hui la transmission de la Cave de Bacchus se fait aussi sereinement, c’est aussi parce qu’en moi, dans ma manière de travailler, d’envisager le métier de caviste, il a de moi, bien sûr. Mais il y a aussi beaucoup de Patrick ! Merci mille fois à lui !

La Cave de Bacchus, Acte II, ça commence aujourd’hui, avec beaucoup d’avant. Avec de nouvelles idées aussi. Et surtout, avec une nouvelle tête ! Car il est d’usage qu’au début de l’Acte II de nouveaux protagonistes viennent mettre leur grain de sel à l’histoire. Le nouveau protagoniste, c’est ici Arnaud qui rejoint la Cave aujourd’hui. Tout droit venu de sa Touraine natale, il en connaît un rayon niveau vin, et pas que ceux de Loire, soyez rassurés ! Il saura, j’en suis sûr, participer à écrire la suite de l’histoire avec nous !

Au plaisir de vous retrouver très vite en boutique, sur le salon les 6 et 7 novembre ou ailleurs, un verre à la main j’espère !

Simon

Publié le

Réussir sa sortie

Quand j’ai pris la décision de transmettre La Cave de Bacchus et de liquider mes droits à la retraite en ce mois d’avril 2021 ( je viens d’avoir 63 ans pour lever toute interrogation sur mon âge) je me suis refait le film de ces 26 années de parcours professionnel. Et c’est vraiment ce sentiment d’avoir été à la fois réalisateur et acteur d’un long métrage qui m’habite aujourd’hui.
Aussi, me faut-il à la fois trouver une fin au scénario et une belle sortie d’acteur. Peut-être le plus difficile à réussir ? En tout cas le plus délicat à mettre en forme !

1/ Le metteur en scène et la fin du film : j’aime bien le mot «transmettre » car la notion de possession n’est pour moi qu’illusoire si elle ne se matérialise que par un chèque et un acte de propriété. Donc le film ne se clôturera pas par le mot « FIN » mais plutôt « FIN DE L’ACTE 1 ». A cette seule différence que dans le vrai cinéma généralement on ne change pas, d’un acte à l’autre, de metteur en scène.

Le film va donc connaître un nouveau metteur en scène qui n’est autre que mon premier assistant actuel, j’ai nommé Simon Boutet. Ainsi mon désir profond de passer le relais en transmettant bien plus qu’un simple bien matériel se réalise. Simon, pendant près de cinq ans, m’a prouvé par ses capacités, son écoute, son engagement, sa compréhension et son adhésion à la mise en scène du film, que je pouvais lui donner les clés pour en réaliser l’acte 2.
Certes, il apportera sa patte et changera peut-être certains décors, fera appel à de nouveaux acteurs, inventera de nouveaux personnages, de nouvelles intrigues. Mais je sais qu’il le fera dans la continuité et dans l’esprit du film proposé durant l’acte 1.

La solution est donc trouvée et actée. Le film continue telle une série. Longue vie à « La Cave de Bacchus », un long métrage dont le premier acte se termine le 31 mars à 18h après 25 ans et 6 mois sur vos écrans. Ne ratez pas le début de l’acte 2 qui débute le 1er avril pour une durée indéterminée que je souhaite la plus longue possible au nouveau réalisateur Simon Boutet.

2/ L’acteur et sa sortie : je n’aime pas le mot « retraite » car c’est un mot qui dans notre inconscient rime souvent avec « défaite ». Ne dit-on pas d’un chef des armées quand il perd une bataille qu’il « bat en retraite » ? Donc, même si dans la « vraie vie » le citoyen, que je suis, fait valoir ses droits à cette mal nommée « retraite », l’acteur lui, dans la tradition « mourra sur scène ». Car je quitte un rôle tenu pendant près de 26 ans pour jouer dans un autre film, celui du reste de ma vie.

Certes, ce rôle dans « La Cave de Bacchus », j’ai adoré le jouer, transmettre (décidément je l’aime bien ce mot !) mon savoir, mon vécu, mes émotions à ce public que j’ai profondément aimé. Je suis passé par toutes les émotions et mon public aussi.

Car être acteur dans le film « La Cave de Bacchus » ce n’est pas banal. Ici le texte n’est pas écrit et récité immuablement chaque jour. Ici c’est le bonheur pour l’acteur. Il improvise dès que le rideau se lève, il joue une nouvelle scène sans connaître à l’avance le déroulement de la journée. Le téléphone peut sonner à tout moment, un vigneron peut entrer en scène avec ses bouteilles sous le bras pour une dégustation impromptue, un livreur peut débouler avec sa palette sur le trottoir, tout peut arriver et c’est génial car aucune journée ne ressemble à une autre.

Et puis il y a le public ! A la grande différence d’un film projeté sur écran , ici le public participe au film, il s’invite sur l’écran noir et il joue son rôle. Un film interactif en quelque sorte. Et quoi de plus réjouissant pour le public que d’être cité au générique ?
Et si aujourd’hui le film est un succès qui ne se dément pas c’est grâce à ce public qui a été au fil du temps de plus en plus nombreux à venir jouer avec nous, à nous donner la réplique, à nous apporter sourires, joies et quelquefois peines.
Cher public, je vous regrette déjà car vous m’avez porté, vous m’avez élevé humainement en me permettant de concrétiser un rêve un peu fou. Derrière l’acteur essaye de se cacher un être humain qui vibre à vos émotions. Merci de m’avoir fait confiance…

Mais comment jouer et réussir une scène sans décor et accessoires ?
Le décor du film sera planté dans un premier temps au 5 rue Boussingault de 1995 à 2009 puis au 10 rue Alain Fournier de 2009 à aujourd’hui. Les accessoires sous forme de bouteilles ont été fournis par nombre de vignerons(nes) qui pour certains(nes) sont là depuis le début du film. Et eux aussi participent au film, en permettant à celui-ci d’exister mais également en «guest-stars » faisant des apparitions remarquées lors des Salons de Bacchus.
Les vignerons(nes) sont donc essentiels à la réussite du film. Ce fut un honneur et j’ai pris un immense plaisir à raconter leurs bouteilles, histoires, régions, terroirs, visions… bref leur univers. J’ai pu mesurer qu’avec eux le champ des possibles était infini et que le film « La Cave de Bacchus » était riche de leurs différences. Sans eux rien n’aurait pu être possible et je me suis régalé à retrouver dans l’œil du public l’émotion procurée par la goutte de vin enfantée par le(a) vigneron(ne).

Alors maintenant comment l’acteur peut-il réussir sa sortie ?
Pas facile en période de crise sanitaire d’organiser quelques réjouissances que ce soit. D’autre part je suis dans la vie quelqu’un de discret et j’aime la simplicité et les choses vraies. Donc les honneurs, très peu pour moi… La sortie ne sera pas, de fait et de circonstances, grandiloquente et fastueuse. Désolé…
Par contre il est important de choisir une date symbolique pour quitter un rôle et pour en endosser un autre. Je quitterai donc mon rôle le 31 mars et enfilerai un nouveau costume le 1er avril.
Ah !! le 1er avril, date géniale pour semer le trouble.
L’acteur ne continue-t-il pas à jouer son rôle ?
Ne serait-ce pas un faux départ déguisé en gros poisson tel l’acteur mettant en scène son clap de fin pour mieux renaître de ses cendres quelque temps plus tard ?
Et si tout ceci n’était qu’une vaste blague ?
Voilà j’ai trouvé ma sortie ! 1er avril : Poisson ou pas poisson ?
Réponse : le 1er avril avec la découverte du casting de l’acte 2 du film « La Cave de Bacchus ».

Un dernier mot : ce rôle de metteur en scène et d’acteur dans ce film « La Cave de Bacchus » n’est nullement un rôle de composition. J’y ai joué le plus sincèrement du monde mon propre rôle, celui que je suis au quotidien. Les émotions n’étaient ni feintes ni jouées. J’espère vous avoir touchés car pour moi « l’humain » est, avec ses faiblesses, ses forces, ses qualités, ses défauts , essentiel à mes yeux.

Je finirai par cette belle citation de l’un de mes auteurs préférés (que je vais désormais avoir le loisir de relire ) :
 “Ce qui m’intéresse, ce n’est pas le bonheur de tous les hommes, c’est celui de chacun.”  Boris Vian
3/ Générique du film :
Remerciements :
A mes associés
Nadine, mon épouse adorée qui m’a soutenu et épaulé et sans qui ce film n’aurait pu exister.
Bruno, mon frangin qui a toujours été là quand il le fallait avec Nicole et sa petite famille.

 A mes enfants
Magali, Herveline, David qui ont accepté sans en avoir vraiment le choix la folie de leur papa. Mille excuses, je vous aime.
A l’équipe du Salon de Bacchus
 Ce fut un plaisir de vous avoir à mes côtés. Vous avez été géniaux. Cette aventure dans l’aventure a été, vous le savez, combien importante pour la réussite du film et j’ai adoré travailler et vivre ces moments avec vous. Plein de bons souvenirs, des galères aussi et au final toujours de la bonne humeur, des rires, de la joie…

Aux amis, aux partenaires, à tous ceux qui de près ou de loin ont participé à l’aventure de ce film …
 Je ne vais pas tous vous citer car j’ai trop peur d’en oublier mais ce fut un bonheur tout simplement de vous rencontrer, de partager, de collaborer, d’échanger, de travailler. Merci d’avoir contribué à la réussite de ce premier acte en espérant que vous aurez autant de plaisir à poursuivre l’aventure dans le second.

Aux vignerons (nes) et aux agents qui les ont représentés
J’ai apprécié nos rencontres, nos dégustations, nos conversations. J’en garde des souvenirs vivaces avec parfois des moments magiques qui resteront à jamais en moi. J’ai tissé des liens plus profonds avec certains mais j’aurais aimé tous vous découvrir encore davantage. Derrière chaque vigneron(ne) il y a une histoire, un chemin de vie, un être humain qui travaille la terre et fait de ses fruits le vin que l’on partage. J’aurais l’occasion certainement dans mon nouveau film de poursuivre et d’approfondir nos échanges qui ne seront plus professionnels mais n’en seront pas moins amicaux. Continuez à nous régaler et à ponctuer notre vie, nos repas de moments d’exception, d’amour et de bonheur.

Aux clients
 Tout simplement MERCI !!!

A mes anciens assistants
Vous avez été à mes côtés de quelques mois à quelques années et vous avez participé à la réussite de ce long métrage. Merci, par ordre d’apparition à l’écran, à Herveline, Laurie, Laurent et Gwendolyn. Je ne cite là que ceux qui ont été salariés à la vente à la Cave. Merci également à ceux qui ont pu faire vacations, petits contrats sur le Salon, sur le Marché de Noël etc..

A Simon
 Comme dans le milieu du spectacle il est hors de question de souhaiter bonne chance par superstition, je te le dis par le célèbre mot de Cambronne :
 MERDE !!!
Publié le

Couvre-feu : le ressac

Nouveau couvre-feu à Brest et donc nouveaux horaires à la Cave à partir du samedi 20 mars 2021.

Nous reprenons nos horaires quasi normaux (avec juste 1/2h amputée le soir). Notez bien le retour de la fermeture entre 12h30 et 14h.

  • Lundi : 15h-19h
  • Du mardi au samedi : 10h-12h30 et 14h-19h
  • Cave fermée les dimanches et jours fériés.

A très vite et merci à vous d’avoir joué le jeu des 18h jusqu’à aujourd’hui. Ce fut parfois des fin de journées sportives, mais nous avons pu satisfaire tout le monde !

Publié le

Couvrez ce feu que je ne saurais voir !

L’annonce est tombée hier : couvre-feu à 18h. Et même en notre qualité de commerce brestois hautement essentiel, nous devons nous y plier et baisser le rideau à cette heure fatidique !

Nous avons fait le calcul : en 2020, c’est 25% de notre chiffre d’affaire que nous avons fait entre 18h et 19h30. Quoi de plus logique étant donné la nature même de notre métier : on vient acheter la bonne bouteille pour accompagner le repas du soir ! Mais halte à l’apéro, sus à la convivialité, comme le dit l’adage maintenant consacré “la bamboche, c’est terminé” !

Donc acte. Nous continuons de faire le maximum pour vous accueillir avec les plus grandes précautions sanitaires, comme depuis le début de cette crise que nous abordons avec le plus grand sérieux. Masque obligatoire, gel hydroalcoolique disponible à l’entrée, nombre de clients limité à 12 simultanément (n’ayez crainte, même aux plus fortes heures de Noël, cette limite n’a guère été atteinte que deux fois, et pas longtemps !).

Nous nous adaptons toutefois : dès le samedi 16 janvier, ouverture en continu sans interruption entre 12h30 et 14h. Les travailleuses et travailleurs assoiffés pourront ainsi venir chercher leur bouteille sur leur temps de repos du midi, faute de pouvoir passer après leur dur labeur !
Retrouvez ci-dessous nos horaires aménagés pour la période.

En attendant des jours meilleurs, nous continuons la vente sur notre site internet avec retrait drive en Cave ou livraison à domicile sur toutes les communes de Brest Métropole à partir de 80€ d’achat.
Ne nous laissons pas abattre, buvons et mangeons bon !

Au plaisir de vous retrouver bien vite !
Patrick et Simon, vos cavistes
Horaires de la Cave:
Lundi : 15h-18h
Du mardi au samedi : 10h-18h en continu
Fermée le dimanche et les jours fériés
Publié le

La lettre de Bacchus du 8 décembre 2020

Un protocole sanitaire à connaître avant de venir à la Cave
Alors que les mesures sanitaires à mettre en place pour la période des fêtes de fin d’année sont encore en attente de décisions gouvernementales il nous faut quand même préparer les festivités et nous préparer dans l’organisation de l’accueil des clients. 
Nous sommes devant une situation inédite, impossible à anticiper et face à laquelle nous devons faire preuve d’imagination. Il y a d’abord ce que la loi nous oblige à faire ou nous interdit de faire. Voici donc les principales contraintes auxquelles nous devons faire face :

1/ La jauge du nombre de clients définie par la loi :
 Le nombre de clients pouvant être accueillis s’obtient en divisant la surface de vente ( celle-ci prenant en compte le mobilier) par le nombre 8. Ce nombre est arrondi à l’entier inférieur…
Notre surface de vente est de 100 m2.
Nous pouvons donc accueillir 12 clients ou entités ( un couple est une entité)

2/ Qui est responsable du respect de la jauge à l’entrée de l’établissement ?
C’est le dirigeant de l’établissement, ou le référent « covid-19 » qu’il a désigné, qui est responsable du respect de la jauge. Ainsi, il doit afficher la capacité maximale de personnes qui peuvent être accueillies dans son établissement et doit interdire l’accès à l’établissement dès que la jauge est atteinte.
Nous sommes donc dans l’obligation d’en informer notre clientèle et d’organiser l’interdiction de l’accès à la Cave dès que la jauge est atteinte.

3/ Quelle documentation afficher à l’entrée de l’établissement ?
Le protocole sanitaire prévoit l’affichage, visible à l’extérieur de l’établissement, de la capacité maximale d’accueil de l’établissement ainsi que de plusieurs obligations, recommandations et informations à destination de la clientèle.
Obligation d’information donc.

4/ Qui est responsable du contrôle du lavage des mains ?
Chaque établissement doit mettre à disposition, à son entrée, du gel hydro-alcoolique. Le dirigeant de l’établissement, ou le référent « covid-19 » qu’il a désigné, doit également s’assurer que chacun des clients l’utilise pour laver ses mains dès qu’il entre. Dans les magasins d’une petite surface, le contrôle peut s’opérer de manière visuelle, à distance.
Nous devons veiller à ce que chaque client utilise du gel hydro-alcoolique à l’entrée du magasin.

5/ Qui doit porter le masque à l’intérieur de mon établissement ?
A partir de 6 ans, le port du masque est recommandé à l’intérieur de l’établissement. A partir de 11 ans, il est obligatoire. Pour rappel, le masque doit couvrir le nez, la bouche et le menton.
Masque obligatoire dès 11 ans

6/ Est-ce que mes clients peuvent toucher les objets que je vends ?
Il est fortement recommandé de limiter les contacts avec les objets et a fortiori le partage d’objets.
Merci donc de ne pas toucher les bouteilles dans la Cave.

 7/ Quels sont les aménagements à prévoir dans l’établissement ?
Il est important d’organiser l’établissement pour que la distanciation physique puisse être facilement mise en œuvre et éviter des points de regroupement. Lorsque que la configuration de l’établissement le permet, un sens unique de circulation est fortement recommandé avec une entrée distincte de la sortie.
Nous allons donc prévoir, car notre local le permet, une entrée et une sortie distincte.
Nos recommandations
Face à cette situation face à laquelle nous devons tous nous adapter, voici quelques recommandations pour éviter la cohue, la queue à l’extérieur du magasin dans des conditions climatiques qui pourraient être délicates, pour éviter de prendre le moindre risque avec le virus, pour vous faciliter tout simplement vos achats de fin d’année.
1/ Anticiper Si l’on prend en compte l’affluence habituelle de notre Cave en cette période de fêtes, le pic d’affluence a lieu entre le 18 et le 24 décembre.
Vous devez donc, autant que faire se peut, éviter cette période pour faire vos achats.
Dès le 10 décembre la Cave sera ouverte 7 jours sur 7 jusqu’au 24 décembre 19h aux horaires suivants :

Dimanche 13 : 10h – 18h
Lundi 14 : 15h – 19h30
Mardi 15 au samedi 19 : 10h / 12h30 – 14h / 19h30
Dimanche 20 : 10h – 18h
Lundi 21 au jeudi 24 : 9h – 19h30 en continu
Dimanche 27 : Fermé
Lundi 28 : 15h – 19h30
Mardi 29 au jeudi 31 : 9h – 19h30 en continu

2/ Commander sur notre site web en retrait drive ou en livraison
C’est la solution idéale pour votre sécurité et votre confort.
Tous les produits de la Cave sont référencés sur moncaviste.fr avec les stocks disponibles.
Vous pouvez nous interroger si vous avez besoin d’un renseignement ou d’un conseil par mail ( le plus simple), par téléphone ( c’est plus compliqué car nous sommes souvent occupés ), par l’interface disponible sur le site qui vous met en relation avec la Cave ( attention toutefois, en cette période vous aurez du mal à avoir quelqu’un en chat mais vous pouvez laisser là aussi un message ).

 Sur le site vous trouvez des idées cadeaux mais aussi la possibilité de faire emballer vos produits en emballage cadeau.

Le retrait drive : Pour utiliser le drive de La Cave de Bacchus sur moncaviste.fr vous devez respecter scrupuleusement le processus suivant :
 1/ Vous réservez un jour et un créneau horaire.
 2/ Vous sélectionnez ensuite vos produits et vous validez votre commande en choisissant “retrait drive magasin”.
 3/ Vous réglez votre commande sur notre site en ligne ( souhaité ) ou paiement à la Cave lors du retrait de votre commande.
4/ Votre êtes notifié par mail de la prise en compte de votre commande.
5/ Vous récupérez à la Cave votre commande dans le créneau choisi. Retrait drive par la porte latérale à hauteur du 39 rue Emile Zola. Une sonnette à actionner pour manifester votre présence et nous chargeons dans la minute votre commande dans votre coffre de voiture ou nous vous délivrons votre commande.

La livraison gratuite sur Brest Métropole :
Profitez de la livraison gratuite dès 80€ d’achat sur toutes les communes de Brest Métropole.
Attention toutefois, les livraisons sur la période du 21 au 23 décembre ne sont pas garanties et feront l’objet d’une confirmation de notre part. Le 24 décembre les livraisons ne seront pas assurées.

3/ Réglez vos achats sur notre site web en toute sécurité :
Avec le procédé de paiement 3D Secure de notre banque CIC CREDIT MUTUEL vous avez une sécurité maximale pour régler en ligne.

4/ Si vous venez à la Cave :
Nous vous demandons le respect des contraintes sanitaires ( voir plus haut ).
Choisissez un créneau horaire parmi les « moins chargés » ( heures de midi, le dimanche, début de journée, début d’après-midi ).

Si possible faites une pré-sélection sur notre site web et notez-la. Préparez votre venue en nous adressant votre menu par mail, votre demande si c’est un cadeau, un ou deux jours avant votre passage. Nous vous répondrons et vous aurez ainsi une idée plus précise des produits à acheter le jour de votre venue.

Vous entrerez pas la porte de la rue Alain Fournier mais vous sortirez par la porte latérale à hauteur du 39 rue Emile Zola.
Si des emballages cadeaux sont demandés, nous vous demanderons de régler vos achats et de sortir du magasin par la porte latérale à hauteur du 39 rue Emile Zola et d’attendre dehors que l’on vous délivre vos cadeaux emballés de manière à organiser un flux maximal dans la Cave. Si le temps d’attente s’avérait important vous pourrez récupérer vos cadeaux emballés plus tard. Nous vous demanderons un numéro de téléphone et nous vous enverrons un SMS dès que vos cadeaux seront prêts.
Publié le Laisser un commentaire

La Cave pendant le confinement

La Cave est ouverte aux horaires normaux pendant toute la durée du confinement.

Personne ne s’y attendait il y a encore quelques jours et pourtant il va falloir se replonger dans un nouveau confinement durant au moins un mois.
Nous allons donc répondre à vos questions.
Pour rappel, lors du premier confinement nous avions fermé la Cave durant un mois afin de réfléchir à notre organisation et de mettre en place les outils pour pallier un éventuel nouveau confinement.
Eh bien malheureusement notre crainte était fondée et il nous faut aujourd’hui affronter cette nouvelle épreuve.
Notre pensée va néanmoins d’abord à tous ceux qui devront arrêter toute activité au risque de mettre en péril celle-ci. Nous pensons aussi à tous ceux qui souffrent dans leur chair, malades de la Covid ou d’autres pathologies, aux proches qui les accompagnent, aux victimes d’attentats horribles qui ne font que renforcer l’anxiété collective.
Ce monde est décidément bien triste !
La Cave est-elle ouverte durant le confinement ?
Oui car la Cave fait partie des commerces alimentaires autorisés à rester ouverts durant le confinement. Comme précisé plus haut nous avons mis en place les outils pour rester ouvert et vous donner l’occasion de mettre un peu de joie et de plaisir dans cette période sombre où nous aurons bien besoin de réconfort.
Vous souhaitez passer à la Cave faire un achat ?
Vous devrez évidemment vous munir de votre attestation de déplacement lié aux achats de première nécessité dans des commerces autorisés. Nous vous accueillons et vous conseillons avec plaisir, comme à l’habitude. Nous limitons la jauge à trois clients en boutique simultanément. Veillez à vous répartir dans le magasin afin de conserver des distances de sécurité. Bien entendu et comme toujours, du gel hydroalcoolique sera à votre disposition et vous devrez porter un masque. .
Vous souhaitez utiliser le mode drive ?
Pratique, rapide, évite la queue et l’attente ! Le drive de La Cave de Bacchus fonctionne ( hors dimanche et jour férié ) le lundi de 15h à 19h30, du mardi au samedi inclus de 10h à 12h30 et de 14h à 19h30.
Pour utiliser le drive de La Cave de Bacchus vous devez respecter le processus suivant :
 1/ Vous réservez un jour et un horaire pour le retrait de votre commande sur notre site web moncaviste.fr , en nous téléphonant ou en nous adressant un mail.
2/ Si vous souhaitez passer votre commande sur notre site moncaviste.fr , vous sélectionnez vos produits et vous validez votre commande en choisissant “retrait drive magasin”. Si vous ne souhaitez pas passer commande sur notre site, vous pouvez quand même y sélectionner vos produits et nous adresser un mail ou un appel téléphonique nous détaillant votre commande.
3/ En cas de commande sur le site vous réglez votre commande sur notre site en ligne (à privilégier car plus rapide pour vous !) ou paiement à la Cave lors du retrait de votre commande.
4/ Votre êtes notifié par mail de la prise en compte de votre commande
5/ Vous récupérez à la Cave votre commande dans le créneau choisi. Nous avons mis en place une porte spéciale “Drive” au 39 rue Emile Zola. Vous vous présentez devant celle-ci, vous avez une sonnerie à actionner et sans entrer dans le magasin nous vous remettons votre commande.
Vous souhaitez vous faire livrer ?
Nous livrons gratuitement sur Brest Métropole à partir de 80€ d’achat ! Profitez-en ! Passez vos commandes sur le site moncaviste.fr , par mail ou téléphone.
Comment allez-vous récupérer votre commande de l’opération « Les pépites de mon caviste » ?
Ce nouveau confinement bouleverse notre organisation pour la récupération des commandes. Pas de drive sur la Ferme Quentel car votre attestation de déplacement ne serait pas valable. Nous organisons donc la livraison des palettes vers la Cave où nous préparerons vos commandes.

Nous contacterons chacun d’entre vous pour envisager soit un retrait à la Cave, soit une livraison gratuite à votre domicile ou sur votre lieu de travail. Nous souhaitons nous libérer rapidement de ces commandes car la Cave risque d’être un peu submergée de cartons. Donc dès que votre commande sera prête nous vous contacterons. Inutile de nous contacter avant car si nous ne vous avons pas contacté c’est que votre commande n’est pas encore prête. Pour info les commandes devraient pouvoir être distribuées à partir de la semaine 45 ( 2 au 7 novembre).
Les cours de dégustation sont-ils maintenus ?
Non, comme vous l’imaginez bien nous ne pouvons maintenir nos cours. Nous espérons les reprendre dès janvier 2021.
Vous avez des questions à nous poser ? 
Vous pouvez nous joindre par téléphone, mail mais également en utilisant le « Live Chat » sur le site moncaviste.fr aux horaires d’ouverture de la Cave. Patrick ou Simon sera en direct sur le site pour répondre à vos questions, pour vous aider à utiliser le site web etc..
Des plats à emporter pour pallier la fermeture des restaurants ? Soutenez nos restaurateurs !
Le restaurant « Les Maraîchers » vous propose des plats à emporter du lundi au vendredi : contacter les au 02 29 62 79 23 ou sur jo.oulhen@gmx.fr
Notre partenaire « L’Imaginaire » vous propose sa gamme de plats à emporter.
Pour avoir testé durant le premier confinement ce service mis en place par Charlotte et Romain Pouzadoux, nous ne pouvons que relayer ces offres qui sont à la hauteur de la qualité du restaurant.
Publié le

Les Pépites de mon Caviste – Thierry Navarre et Château Jean-Pierre Gaussen

Plein Sud avec Thierry Navarre à Saint-Chinian et Mireille et Jean-Pierre Gaussen à Bandol. La tradition comme force !

Les Pépites de mon Caviste, ce sont 22 Domaines sélectionnés, 200 cuvées avec des petits prix, des raretés, des vieux millésimes…Du 28 septembre au 16 octobre 2020. Catalogue à la cave ou sur https://www.moncaviste.fr